Catégories

Comment comparer une assurance crédit immobilier ?

Comment comparer une assurance crédit immobilier ?

Dans le cadre d’un achat immobilier, beaucoup de gens utilisent un prêt immobilier pour le financer. Étant donné que les montants empruntés sont souvent importants et, malheureusement, personne n’est à l’abri d’un danger, les institutions de prêt se prémunissent contre le risque en exigeant l’achat d’une « assurance emprunteur  » ou d’une assurance prêt immobilier . Est-ce obligatoire ? Qu’est-ce que cela se compose ? À quel organisme se tourner et comment s’abonner ? Ne cherchez pas plus loin, tout est expliqué dans cet article !

Plan de l'article

Assurance crédit immobilier : à quoi sert ?

Protéger l’emprunteur et l’organisme de prêt

D’une manière générale et pour tout type de crédit (crédit à la consommation, crédit immobilier, etc.), l’assurance emprunteur est un contrat visant à garantir la solvabilité de la personne qui emprunte à l’organisme prêteur, en cas de non-remboursement. En effet, personne n’est à l’abri d’un malheureux accident de la vie (décès, invalidité, perte d’emploi…) qui pourrait rendre impossible le remboursement du prêt sous contrat. L’assurance emprunteur souscrite permet ainsi de rembourser les sommes restantes au prêteur, sans affecter la famille ou les proches de l’assuré. Enfin, du côté emprunteur et prêteur, cette assurance est une garantie de sécurité !

A voir aussi : Peut-on changer d’assurance emprunteur ?

quotité d’assurance est Le la part du capital à assurer qui sera couverte en cas de décès, d’invalidité ou d’incapacité de l’emprunteur. Dans la grande majorité des cas, les banques exigent que ce quota soit au moins égal à 100 %, c’est-à-dire que tous les crédits sont couverts par l’assurance. Nous verrons plus loin du fait que ce quotité peut varier en fonction du nombre de coemprunteurs.

Bon à savoir ! avant l’acceptation même de votre demande de prêt. Vous avez juste besoin de connaître le montant du prêt, son la durée et le Afin de réaliser votre projet immobilier en toute sérénité, il est conseillé de rechercher votre assurance emprunteur taux d’intérêt

A lire aussi : Comment résilier une assurance emprunteur ?

proposé. Assurer votre crédit immobilier : est-il obligatoire ?

Légalement, l’assurance de prêt immobilier n’est pas obligatoire. Mais en fait, il est presque impossible d’emprunter sans souscrire une telle assurance. C’est-à-dire que l’institution auprès de laquelle la demande de crédit est faite ne peut pas vous obliger à souscrire une assurance-prêt, mais elle a le droit de vous refuser le prêt si vous ne le faites pas.

Quelles sont les garanties ?

L’ assurance prêt immobilier peut inclure plusieurs garanties. Chacun correspond aux risques qui peuvent survenir pendant la période d’assurance et qui sont donc couverts par la période d’assurance.

Garantie de décès (DC) Que l’achat soit locatif ou résidentiel, cette garantie DC est une garantie standard obligatoire dans la contrat d’assurance emprunteur. En cas de décès de l’emprunteur, l’assureur remboursera la totalité du montant restant dû à l’organisme prêteur, sur la base du quota assuré.
Garantie totale et irréversible de perte d’autonomie (PTIA) Tout comme la garantie précédente, cette garantie sera présente en tout état de cause dans le contrat d’assurance . La PTIA est mentionnée dans le cas où l’assuré ne peut plus exercer une activité rémunératrice et a besoin de l’aide d’un tiers pour des actes de la vie quotidienne, par exemple à la suite d’un accident ou d’une maladie.
Garantie permanente et totale d’invalidité (IPT) La garantie IPT s’applique aux personnes qui ont perdu au moins 66 % de leur capacité à exercer leur activité génératrice de revenus. Dans ce cas, l’assurance remboursera le reste du capital dû.
Garantie d’incapacité temporaire de travail (ITT) La garantie ITT est exercée lorsque l’emprunteur, à la suite d’un accident ou d’une maladie, ne peut plus exercer son activité professionnelle rémunératrice. Contrairement au concept de handicap (TPI), l’invalidité est temporaire mais totale et doit être évaluée par un expert. Il lui donne ainsi droit à une indemnité provisoire, qui prendra fin une fois que l’assuré retrouvera sa capacité et sera en mesure de retourner au travail.
Garantie partielle d’invalidité permanente (IPP) Cette garantie facultative s’applique lorsque l’assuré n’a plus le droit d’exercer son activité rémunératrice de façon permanente. Pour que la garantie IPP soit exercée, la personne doit avoir un taux d’invalidité compris entre 33% et 66 %. L’assurance remboursera ensuite partiellement les versements mensuels du crédit à l’organisme prêteur.
Garantie de perte d’emploi Si l’assuré perd son emploi, cette garantie peut être exercée si elle est mentionnée dans le contrat. L’assurance couvre ensuite le coût du crédit sur une base temporaire, tandis que l’emprunteur trouve un emploi. Tout comme la garantie IPP, elle est facultative .

Emprunter à deux : comment assurer le prêt ?

Si vous empruntez deux (ou même plus), l’assurance-prêt sera utilisée pour protéger les coemprunteurs si l’un d’eux est en difficulté ou, dans le cas le plus regrettable, décède. Les garanties contenues dans le contrat d’assurance doivent donc être conformes au profil de risque de chaque individu.

Le quota d’assurance (= la part du capital à assurer qui sera couverte) peuvent ainsi être distribués selon différentes configurations. En effet, c’est souvent que l’attribution du quota est faite en fonction du revenu de chaque coemprunteur qui leur permet de rembourser le crédit. L’emprunteur qui portera la plus grande partie du prêt à rembourser recevra donc le quota le plus élevé, de sorte que l’autre personne soit protégée en cas d’événement malheureux l’affectant.

Par exemple, si le montant du remboursement du crédit est identique pour les deux, leurs quotités d’assurance seront équilibrées à 50-50. Si l’un des deux co-emprunteurs se trouve dans une situation de perte totale et irréversible d’autonomie, la moitié de son propre crédit sera couvert par l’assurance. L’autre coemprunteur devra continuer à rembourser sa part du prêt.

Bon à savoir ! L’établissement, si possible, d’un quota de 100 % (appelé

« quota de 200 % ») pour chaque coemprunteur est la formule la plus protectrice. Chaque partie est couverte quoi qu’il arrive ; l’événement se produit pour l’un ou l’autre, la totalité du crédit sera couverte par l’assurance. Le coût d’une assurance emprunteur

Abonnez-vous à un assureur spécialisé ou à une institution bancaire : à qui devriez-vous vous adresser ?

Lorsqu’ une banque offre une assurance crédit immobilier liée à une offre de prêt, elle est appeléeassurance collective . En effet, la plupart du temps, une institution bancaire travaille avec son propre réseau d’assurance ou avec un réseau de partenaires pour se couvrir des prêts accordés ; la banque met ainsi en commun les risques et établit ainsi un prix lissé pour les différents profils d’emprunteurs.

Mais, depuis 2010 et conformément à la loi Lagarde (loi n°2010-737 du 1er juillet 2010), l’emprunteur a la possibilité de souscrire une assurance prêt auprès d’une autre organisation que l’institution prêteuse. Cela signifie que vous n’êtes pas obligé de choisir l’assurance offerte par la banque qui vous accorde le crédit et que vous avez le droit de souscrire l’assurance emprunteur de l’organisation de votre choix (un assureur spécialisé par exemple) ; alors vous faites ce qu’on appelle une demande de déléguer votre crédit. rsquo ; assurance .

Que vous contractiez un crédit auprès du Crédit Agricole, BNP Paribas ou Banque Postale, vous pouvez donc très bien vous adresser à des compagnies d’assurance dites spécialisées, telles que MAIF, Generali, AXA ou MGEN par exemple, pour assurer votre prêt.

Attention : votre banque exigera que l’assurance prêt souscrite remplisse les mêmes garanties

(risques couverts, conditions, franchises…) que celle qu’elle vous a proposée en premier lieu. L’ importance de la concurrence et de la comparaison des offres

Ne vous arrêtez pas sur la seule proposition d’assurance emprunteur de votre banque est très important ! En effet, le coût d’une assurance emprunteur peut représenter 10 -30% du coût total d’un crédit immobilier… Il ne s’agit donc pas d’un poste de dépense à négliger et c’est pourquoi il est essentiel de initier le mode Sherlock Holmes afin de trouver une assurance prêt au meilleur prix.

Pour cela, il existe des outils en ligne qui vous permettent de simuler et comparer les différentes assurances de prêt sur le marché : Immobilier-Danger, Meilleurtaux.com… N’hésitez pas à déposer des dossiers de demande d’assurance prêt directement auprès de plusieurs compagnies d’assurance, afin d’obtenir les meilleurs prix.

Bon à savoir ! Parce que tout n’est pas tout le temps clair, depuis 2015 (article L311-4-1 du Code de la consommation) un indicateur obligatoire qui aide les emprunteurs à comparer le coût de différentes assurances emprunteur : le taux effectif annuel d’assurance (TAEA). Il doit apparaître dans chaque simulation d’assurance, que vous demandez à votre banque ou à un assureur spécialisé. Elle doit également être accompagnée des détails des garanties qu’elle incorpore (DC, IPT, PE…). Un document vous est fourni avec toutes les informations nécessaires pour évaluer le coût global de assurance : le coût en euros par période (selon la périodicité de chaque contribution), le coût total de l’assurance en euros sur la durée totale du crédit et le TAEA. Plus précisément, le TAEA indique le coût réel de votre future assurance prêt immobilier ; vous pouvez compter sur elle pour faire votre choix !

Les 6 points à vérifier dans le contrat d’assurance, pour être bien couvert

  • Le délai d’attente : il commence dès la signature de l’assurance. Cette période représente la période au cours de laquelle l’emprunteur n’est pas couvert par l’assurance mais paie quand même les cotisations dues. Cette durée varie de 1 à 12 mois, selon l’organisation.
  • La période de franchise : elle commence à la date de l’événement couvert par l’une des garanties d’assurance et représente une période sans compensation. Par exemple, à la suite d’une perte d’emploi, puisque le contrat prévoit une franchise de 90 jours, la assuré devra rembourser son crédit pour toute la période et l’assurance couvrira la compensation à partir du 91e jour. Sa durée varie en fonction des organisations et des types de garanties.
  • Limitations des garanties  : l’assureur a la possibilité de limiter la couverture de l’emprunteur en fonction de son âge, de sa consommation de tabac, de son état de santé… Assurez-vous de vérifier attentivement ces limitations !
  • Exclusions des garanties : encore une fois, c’est un point qui ne doit pas être négligé ! Par exemple, un assureur peut inclure pleinement dans le contrat le fait que le crédit ne sera pas remboursé en cas d’accident survenu dans un état d’intoxication ou dans un pays dangereux. Vérifiez également les exclusions des garanties liées au sport (même en tant qu’amateur). Sachez que, quoi qu’il arrive, tout ce qui n’est pas explicitement mentionné dans les exclusions est couvert !
  • Les méthodes de soins : la méthode de compensation dans l’événement d’un événement éprouvé doit être vérifié ! Il peut s’agir d’une somme forfaitaire (l’assurance paiera la totalité du paiement mensuel du crédit quelle que soit votre situation financière, selon votre part si vous êtes co-emprunteur) ou une indemnité (il déduira toutes les prestations reçues du paiement mensuel, comme le salaire ou toute allocations, pour finalement régler seulement le supplément).
  • Limites : l’assureur peut se réserver le droit de fixer des plafonds sur certains critères. La durée du remboursement des paiements mensuels peut donc être limitée ; un montant maximal peut être attribué à chaque garantie ; enfin, un montant total du contrat peut être fixé.

Comment le prix d’une assurance emprunteur est-il calculé ?

Nous parlons des taux d’assurance des prêts immobiliers. Il peut être calculé de deux façons différentes, en fonction de l’institution avec laquelle vous prenez emprunteur d’assurance :

  • Pour l’assurance collective (du banque offrant le crédit)  : ce taux est calculé en fonction du montant initial emprunté, de sorte qu’il reste fixé sur la durée totale du remboursement
  • Pour une délégation d’assurance (avec un assureur spécialisé)  : ce taux est calculé en fonction du solde du capital dû, il est recalculé chaque année et réduit ainsi les cotisations fourrures des remboursements

Dans l’ ensemble, l’âge de l’emprunteur, l’état de santé, les antécédents médicaux possibles, les risques possibles liés à son activité professionnelle, ainsi que le montant et la durée du prêt sont des facteurs qui prennent directement en compte dans le calcul de l’assurance prêt.

Trois grandes catégories de risques sont prises en compte dans l’évaluation du profil d’emprunteur et, par conséquent, dans la définition de l’assurance prêt immobilier et de sa tarification :

  • Risque médical : ce risque est lié à l’âge, aux antécédents médicaux, au fait de fumer ou non…
  • Le risque de activités et loisirs : la pratique de sports risqués ou extrêmes,…
  • Risque professionnel : certains métiers sont considérés comme « à risque » par les assureurs (conducteur de route, gendarme, spectacle intermittent, pharmacien…). Retrouvez la liste de ces métiers ici

Assurance maladie et prêt

Afin d’évaluer votre profil de santé et d’estimer le (s) risque (s), l’assurance vous demandera de remplir un état de santé (ESD). Poids, taille, arrêts de travail possibles, traitements, contrôles médicaux… Il est vivement conseillé de répondre le plus honnêtement possible à ce questionnaire, même si cela pourrait avoir un impact sur le coût ou la délivrance de l’assurance ! En fait, il est interdit de cacher des problèmes de santé ; même une simple omission est interdite. Pire encore, si une perte liée à un problème médical caché arrivait, vous ne serez pas couvert par l’assurance et cela entraînerait la rupture immédiate du contrat.

Dans le cas où vous présentez un risque de santé aggravé (invalidité, maladie…) et votre état de santé ne vous permet pas d’obtenir une couverture d’assurance prêt sans augmentation tarifaire ou exclusion de garantie, il y a l’ accord AERAS qui a été signé en 2007 par des professionnels de la banque et de l’assurance, de l’Etat et associations de patients et de consommateurs. Cette dernière a été créée pour faciliter l’accès à l’assurance et donc aux emprunts aux personnes exposées à des risques sanitaires aggravés et très aggravés.

ensemble, cet accord prévoit un examen approfondi de trois niveaux de votre demande d’assurance : un premier niveau d’examen appelé « standard » (commun à tous les profils d’emprunteur), puis un deuxième niveau d’examen si des risques aggravés sont prouvés. En cas de refus d’assurance à ce stade, le dossier de l’emprunteur sera examiné à un troisième niveau Dans l’ afin de déterminer une couverture appropriée, avec majoration toutefois limitée si le revenu de l’emprunteur est inférieur à un certain seuil.

Vous trouverez la liste des signataires de la Convention et toutes les informations nécessaires sur le site internet dédié à l’AERAS.

Concrètement, quelles sont les étapes pour garantir votre crédit ?

Étape 1 : Acceptation de votre demande de crédit immobilier

Bonne nouvelle ! Votre demande de prêt a été acceptée par votre banque. Une offre de prêt est ensuite publiée (attention car elle a généralement une période de validité de 30 jours). Cependant, vous devrez attendre 10 jours (période de réflexion) avant de signer et de retourner l’offre à votre banque.

En même temps, la banque offre sa propre assurance prêt, assurance collective , qui prend la forme d’un formulaire standardisé contenant toutes les informations nécessaires à votre décision potentielle de souscrire cette assurance (garanties, montant des cotisations…).

Bon à savoir ! Il vous sera utile d’effectuer, avec votre banque, une simulation de crédit immobilier qui intègre le coût de l’assurance de prêt

. Cela peut aussi être l’occasion de négocier avec elle des taux et des conditions de crédit ! Étape 2 : Comparez les différentes offres d’assurance emprunteur

Comme nous l’avons vu ci-dessus, vous avez le droit de ne pas choisir l’assurance collective de votre banque. Vous pouvez donc comparer celle qu’elle vous a offerte avec d’autres assurances de prêt offertes par des organisations spécialisées. Encore une fois, pour être pleinement informés, les assureurs doivent vous fournir des fiches d’information normalisées contenant toutes les informations nécessaires.

Si vous trouvez une assurance plus compétitive ailleurs, vous pouvez souscrire une assurance individuelle auprès de l’institution concernée et en informer immédiatement votre banque.

Étape 3 : Choisir une assurance prêt immobilier

Si l’assurance collective de votre banque vous convient, il vous suffit d’accepter l’offre qu’elle vous a faite. Votre demande de crédit est officiellement acceptée !

Si vous optez pour une délégation d’assurance , votre banque dispose de 10 jours pour l’examiner et vérifier la correspondance correcte des garanties et conditions proposées.

Si la banque accepte cette délégation d’assurance, elle doit vous en informer. Si vous n’avez toujours pas de réponse de sa part à la fin de la période de 10 jours, vous pouvez considérer votre demande acceptée et votre crédit comme assuré !

Au contraire, si la banque refuse cette délégation, elle est tenue d’en préciser la raison. L’insuffisance des garanties proposées peut être une raison valable, de sorte que l’assurance devra être réajustée en fonction de ce que la banque vous a initialement proposé. S’il persiste à refuser à la suite de ces modifications, vous avez le droit de contester la demande en envoyant un courrier recommandé au directeur de l’agence. Enfin, si le blocage persiste, n’hésitez pas à contacter le médiateur de votre banque ou à déposer une plainte auprès de l’ACPR (Autorité de Prudential Contrôle et résolution).

Comment puis-je changer ou mettre fin à l’assurance ?

Résiliation en cas de remboursement anticipé

Imaginez qu’un retour d’argent inattendu se produise (héritage, don ou pourquoi ne pas gagner le loto !) , de sorte que vous pourriez avoir la possibilité de rembourser votre crédit immobilier plus rapidement que prévu. Tout d’abord, il vaut la peine de vérifier les termes de l’accord de prêt : votre banque peut y inclure des termes de frais et de pénalités en cas de remboursement anticipé .

Grâce à la loi n° 2014-344 du 17 mars 2014, Hamon, un emprunteur a le droit de résilier son assurance emprunteur à tout moment aucours de la première année (12 mois)suivant la signature du prêt. Lamodification Bourquin datée de mars 2017 complète cette proposition en ajoutant une deuxième possibilité de mettre fin à son assurance-prêt. En effet, un emprunteur peut résilier son contrat d’assurance à chaque date anniversaire de sa souscription.

Veuillez noter que la disposition découlant de la modification Bourquin ne s’applique que si votre crédit a été contractéaprès le 1er mars 2017 . Si cette dernière date est antérieure à cette date, vous devrez attendre jusqu’au 1er janvier 2018 pour être admissible à ce droit d’annulation annuel

. Afin de résilier votre assurance, vous devez respecter les délais de préavis selon les conditions de résiliation :

  • En cas derésiliation pendant la 1ère année (loi Hamon) : préavis doit être envoyé au plus tard15 jours avant la fin de la 1ère année du contrat
  • Pour résiliation annuelle (modification Bourquin) : il doit être envoyé au plus tard2 mois avant chaque date anniversaire du contrat

Si vous avez souscrit l’assurance collective de votre banque, il appartient à la banque de prendre les mesures nécessaires pour la résilier auprès de sa succursale d’assurance ou de son organisation partenaire, une fois qu’elle a été informée de votre la volonté de mettre fin.

Si vous avez opté pour une assurance individuelle par l’intermédiaire de la délégation d’assurance, demandez simplement à votre banque un certificat de remboursement anticipé que vous enverrez ensuite à votre assureur (par lettre recommandée avec accusé de réception).

Bon à savoir ! Dans le cas d’un remboursement partiel

, l’assurance prêt doit être conservée. Cependant, il sera nécessaire de demander à l’assureur de le faire ajuster en fonction du capital restant dû ! Changement de l’assurance d’un crédit impayé en une offre plus avantageuse

Volonté à réduire les contributions, nouvelle situation professionnelle, amélioration de vos conditions de santé, besoin d’une meilleure couverture… Il y a beaucoup de raisons de changer votre assurance prêt ! Comme dans la phase de recherche avant la validation du crédit immobilier, n’hésitez pas à aller voir ce que la concurrence peut vous offrir en termes d’assurance emprunteur.

Vous le saviez ? Selon le courtier Reasurez-moi, le fait de faire jouer la concurrence et de changer l’assurance prêt apportera une moyenne de 6310€

aux Français sur la durée totale de leur emprunt, soit 25% d’économies. Ce n’est donc pas un point à prendre à la légère ! Une fois que votre banque (dans le cas de l’assurance collective) ou votre organisation d’assureur actuelle (dans le cas d’une assurance individuelle) a proposé de modifier votre contrat d’assurance, c’est donc à vous de jouer ! Soit cette proposition vous convient et ils prennent soin de tout, soit vous avez trouvé une meilleure offre ailleurs et dans ce cas nous vous expliquons tout.

Vous devez d’abord adhérer au nouveau contrat d’assurance choisi , avant même que vous ayez résilié le précédent. Oui, oui ! Votre banque doit avoir toutes les informations sur cette nouvelle assurance pour l’accepter ou la refuser !

Comme pour la première souscription d’assurance de votre prêt et avant de donner son consentement, la banque doit vérifier que la nouvelle la couverture d’assurance est au moins équivalente à celle existante. Une fois votre demande de résiliation envoyée (c’est la même opération et les mêmes conditions de préavis que pour la résiliation simple, comme indiqué ci-dessus), la banque dispose de 10 jours ouvrables pour vous dire si elle accepte ou non la nouvelle assurance prêt.

Dans le cas où il accepte, vous recevrez un avenant incorporant la nouvelle assurance qui lui sera retournée signée. Vous serez couvert par votre nouveau contrat !

Votre banque peut refuser cette assurance. Si le refus est justifié par le fait que la nouvelle couverture n’est pas équivalente aux précédentes et dans ce cas, vous devrez faire modifier votre nouveau contrat d’assurance jusqu’à ce que cette condition soit remplie. Veuillez noter que la banque est tenue de respecter le délai de 10 jours ouvrables (à compter de la réception de la demande d’annulation et du nouveau contrat d’assurance) pour vous donner son avis ; si nécessaire, elle risque une amende de 3000€ (article L 312-32-1 du Code de la consommation).

Évaluer l’emplacement d’une propriété à 360°

Sur CityScan.fr, évaluez gratuitement toutes les adresses en France grâce à plus de 70 indicateurs !

Je vérifiermaadresse

Articles similaires

Lire aussi x

Show Buttons
Hide Buttons